Elus CSE : Utiliser les pratiques CHO au profit du bien-être des salariés !
18388
post-template-default,single,single-post,postid-18388,single-format-standard,ctcc-exclude-AS,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

6 bonnes pratiques CHO pour veiller au bien-être des salariés au quotidien

Comment avoir la certitude de miser sur le bon fournisseur dans le marché actif des comités d’entreprise? Telle est la question que tout élu CE doit répondre en début de mandat. En effet, cette institution a bien changé depuis sa mise en place en 1945. Beaucoup d’enseignes leur proposent des offres dématérialisées et physiques. En même temps, cette évolution a donné aux responsables CE l’embarras du choix. Voici les alternatives pour trouver et choisir son prestataire CE.

Focus sur la notion de CHO

Le concept de “CHO” ou “Chief Happiness Officiers” est bien nouveau et a fait son apparition au début des années 2000. Elle a été traduite par les termes “créateurs de convivialité” ou “créateurs de bonheur” et se rattache au développement personnel dans une entreprise. Comme son nom l’indique, les CHO sont en charge de veiller au bien-être des salariés, de sorte que ces derniers se sentent heureux dans leur travail, dans le cadre professionnel et dans ce qu’ils entreprennent. Ce faisant, il ne s’agit pas d’un métier mais plutôt d’une fonction non rémunérée en plus du poste que le CHO occupe déjà.

 

Une chose est sûre, les qualités d’un CHO s’acquièrent par sa personnalité et non suite à un cursus de formation. L’idée se concentre sur certains principes dont le dynamisme, l’ouverture d’esprit, les échanges et partages, la bonne humeur et les relations créées entre collègues.

Comment assurer ce rôle ? Tout simplement en permettant aux ouvrants droits de se sentir à l’aise et motivés grâce à de nombreux facteurs. Il peut s’agir d’activités, d’ambiance ou tout simplement d’un espace agréable à vivre. Néanmoins, il reste à noter que les CHO ne doivent pas forcément partir sur une question de stratégie de management en assurant leur rôle. En effet, l’instauration du bien-être des ouvrants droits relève également d’une affaire humaine, car autant que celui des salariés, les CHO veillent également à leur bien-être.

Astuces CSE pour veiller au bien-être des salariés au quotidien

Veiller au bien-être et à l’épanouissement des ouvrants droits  au quotidien est une tâche qui s’appuie sur les rôles des membres du CSE. En tant qu’élus, ils sont en partie des CHO et assurent les mêmes fonctions.

Voici six astuces qui vous seront utiles pour assurer ces missions et pour vous aider à instaurer la joie, la bonne humeur et plus de motivation auprès des ouvrants droits de votre entreprise :

#1 – La clé du respect !

Le respect est une qualité qui s’impose dans la vie en société. Dans le monde professionnel, c’est un caractère qui vous permettra d’installer du bonheur et de la convivialité à 100%. En respectant les ouvrants droits ainsi que leur choix et décision, vous leur donnez de l’importance et de la valeur.

En retour, ils vous montreront également du respect ainsi qu’à leur entourage et à l’entreprise également. Cela augmentera d’ailleurs la qualité de leur travail sachant qu’ils sont appréciés et respectés pour ce qu’ils font.

#2 – La clé de la confiance

En plus du respect, la confiance est un critère primordial dans la prise de décision. En montrant de la confiance aux ouvrants droits, vous leur permettez d’user de leurs talents pour fournir le meilleur dans ce qu’ils font.

#3 – Combiner “diriger” et “former”

Bien que les élus du personnel ne soient pas en charge de diriger l’entreprise, leurs qualifications les poussent à être des exemples à suivre pour les ouvrants droits. Dans ce sens, en tant que membre du comité économique et social et assurant le rôle de CHO, vous pouvez d’ores et déjà montrer et partager votre joie afin que les salariés vous suivent à leur tour.

#4 – Favoriser les retours

Les ouvrants droits, ainsi que toute autre personne vous ayant fait parvenir une demande, s’attendent à une réponse de votre part. Les feedbacks sont signes d’une communication efficace et optimale. Les élus du CSE par exemple, sont recommandés à mettre en place des sondages auprès des salariés pour diverses raisons. Une fois que ces sondages répondus, les ouvrants droits s’attendent à une analyse approfondie pour ensuite déboucher sur des solutions ou des réponses.

#5 – Être flexible

Les ouvrants droits s’attendent beaucoup à ce que leurs représentants les comprennent et défendent leurs intérêts pour une raison ou une autre. Soyez flexible à leur demande. Prenez le temps de les analyser. De cette façon, ils se sentiront compris et fourniront leur maximum pour vous rendre la pareille.

#6 – La clé de la reconnaissance

La reconnaissance se montre de multiples façons : un mot, un geste, etc. En étant reconnaissant par rapport à ce que font les ouvrants droits, vous leur donnez une raison de plus d’être motivés et heureux au travail. Appréciez ce qu’ils font et l’énergie qu’ils donnent dans leur travail en mettant par exemple sur pieds, des activités socioculturelles, des afterwork, des teams building, etc.